Radio27 Radio27

Décès de Paul Damblon

Décès de Paul Damblon

Le Centre d’Action Laïque salue la mémoire de Paul Danblon et souligne toute la reconnaissance due à cet incomparable homme d’action et de conviction.

À la fois chimiste, musicien et comédien de formation, Paul Danblon a mené pendant plus de 35 ans une carrière de journaliste scientifique à la RTBF avant de diriger l’Opéra Royal de Wallonie. Profondément humaniste, préoccupé par la transmission des savoirs et des arts auprès du grand public, il s’est toujours distingué par sa détermination à jeter des ponts entre les différents courants religieux et philosophiques.

Pur produit de l’école officielle, il trouvera des maîtres qui le pousseront à persévérer dans les voies qu’il souhaitait explorer, que ce soit les sciences, la musique ou le théâtre. Il entamera ensuite des études de chimie à l’Université libre de Bruxelles, tout en accomplissant la prouesse de suivre simultanément des cours de piano au Conservatoire où il obtiendra un premier prix. Il trouvera également le temps de participer à l’aventure du Jeune théâtre de l’ULB dont sont issus de nombreux pionniers de la télévision belge.

Georges Van Hout, ancien président du Jeune théâtre de l’ULB, producteur radio à l’INR et fondateur de La Pensée et les hommes, fera entrer Paul Danblon à l’INR comme journaliste scientifique. Paul Danblon participera aux débuts de la télévision au moment de l’Exposition universelle de Bruxelles en 1958.

Créateur de nombreuses émissions de vulgarisation scientifique et pionnier de la transmission de la pensée, très actif au sein de La Pensée et les hommes et du Centre Laïque de l’Audiovisuel (CLAV), Paul Danblon a profondément marqué la laïcité de son empreinte avec la création de la Fête de la jeunesse laïque. Avec le concours très actif de son épouse Tamara, il a conçu, organisé et animé dès 1964 cette Fête de la jeunesse laïque que des dizaines de milliers d’enfants fréquenteront et qui permet toujours aujourd’hui à nombre d’entre eux d’entrer dans l’adolescence dans un contexte laïque.

Son épouse et lui étaient également très proches du Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ, organisation constitutive du CAL) et ils y mettront notamment au point les rituels de passage laïques de la jeunesse.

Le président Henri Bartholomeeusen et les membres du Conseil d’administration du Centre d’Action Laïque (CAL) présentent à la famille leurs plus sincères condoléances et saluent une ultime fois la mémoire de ce militant à l’esprit clair, fidèle jusqu’au bout à ses engagements philosophiques et à ses combats pour plus d’égalité, de liberté et de fraternité.

 

Henri Bartholomeeusen